Créations

______________________________________________________________

Far Away de Caryl Churchill

Mise en scène de Noëlle Keruzoré (2011-2013)
______________________________________________________________

Joan séjourne chez sa tante Harper. C’est la nuit ; elle ne parvient pas à dormir. Troublée par des choses terribles qu’elle aurait entendues et vues, elle vient confier ses angoisses à sa tante qui essaie de la rassurer.

Dans un univers de plus en plus chaotique, trois personnages tentent de se frayer un chemin vers de meilleurs horizons. C’est Joan qui, par l’action, la prise en charge de soi marche vers l’autonomie et la possibilité d’un nouveau monde.

La pièce de Caryl Churchill s’inscrit dans les formes d’écritures dramaturgiques fragmentées contemporaines. Elle propose une articulation entre mythe et politique tout en montrant par l’exemple comment la volonté peut lutter contre les faits et dépasser le chaos dans la construction d’une identité individuelle et d’un monde commun.

DossierArtistique-FarAway

____________________________________________________________

Projet « Une-deux » – Sur le foot

Initié par Noëlle et Valérie Keruzoré

______________________________________________________________

Le projet « Une-deux » de Noëlle et Valérie Keruzoré est en cours d’élaboration. Il a fait pour l’heure l’objet de deux étapes de travail :

- Les 27 et 28 janvier 2012 – Noëlle Keruzoré a recueilli des témoignages de personnes résidant à Thorigné-Fouillard. Ces témoignages portaient sur un souvenir de foot, une expérience, un moment de foot vécu. Ces témoignages ont été enregistré sur un support audio.

ouestfrance_26janv2012_unedeux

- Lecture publique de l’interview de Michel Platini par Marguerite Duras parue dans Libération en décembre 1987 : Le Stade de l’ange. Avec Noëlle Keruzoré, Eric Lecoanet et la voix de Tchéky Karyo le vendredi 16 mars 2012 à 18h30 à la Médiathèque de Thorigné-Fouillard.

En partenariat avec Au bout du plongeoir – Plateforme artistique de créations et de rencontres.

_________________________________________________________________

Oxygène de Carl Djerassi et Roald Hoffmann

Mise en scène de Noëlle Keruzoré (2010-2011)

_____________________________________________________________

Oxygène est un texte de Carl Djerassi et Roald Hoffmann, deux éminents scientifiques de notre époque. L’action se déroule en 2001 à Stockholm lors d’une réunion du comité du prix Nobel. À l’occasion du centenaire de cette prestigieuse distinction, il propose de décerner un Nobel posthume de chimie au premier à avoir découvert l’oxygène. Au gré des recherches du comité nous sommes transportés au XVIIIè siècle où trois scientifiques : le français Antoine Lavoisier, le suédois Wilhem Scheele et l’anglais Joseph Priesley se disputent l’exclusivité de la découverte. Auquel décerner le prix Nobel ?

Deux formes distinctes ont été proposées pour ce texte : une lecture-spectacle et une création.

La mise en espace et la mise en scène par Noëlle Keruzoré de ce texte répondent à une demande du Service culturel de l’Université de Rennes 1, le Diapason. Elles s’inscrivent dans le cadre de l’Année Internationale de la Chimie – 2011.

____________________________________

La création de la pièce Oxygène

La pièce dans son ensemble a été adaptée et créée pour la première fois en langue française en janvier 2011 au Diapason.

Distribution Mise en scène : Noëlle Keruzoré / Interprétation : Fanny Fezans, Hélori Philippot, Eric Lecoanet / Scénographie : Camille Riquier / Création lumière : Eric Lecoanet / Régie lumière : Cédric Achenza / Création son et vidéo : Julien Fezans

Dates Rennes (35) / Le Diapason / Service culturel de l’Université de Rennes 1 / le 17 novembre 2011 – Brest (29) / Le Mac Orlan / le 26 octobre 2011 – Rennes (35) / Le Diapason / Service culturel de l’Université de Rennes 1 / du 24 au 26 janvier 2011

Production Diapason, Service culturel de Rennes 1, la Fondation de la Maison de la Chimie dans le cadre de l’Année Internationale de la Chimie et Dellie compagnie

Avec le soutien de la société A3 Production (Rennes), de la plateforme artistique de créations et de rencontres Au Bout du Plongeoir, de la ville de Thorigné-Fouillard, de l’École Nationale Supérieure de Chimie de Rennes.

 DossierArtistique-Oxygene

 DossierPresse-Oxygène

____________________________________

La lecture-spectacle Cette forme propose 45 min. de morceaux choisis de la pièce.

Distribution Mise en espace : Noëlle Keruzoré / Avec : Noëlle Keruzoré, Valérie Kéruzoré, Emilie Lafarge, Eric Lecoanet, David Nathanson, Cyrille Thouvenin

Dates Rennes (35) / Le Diapason, Service culturel de l’Université de Rennes 1 / 5 novembre 2009 – Guichen (35) / Espace Galatée / mai 2010 – Brest (29) / Quartz / juin 2010

Production Le Diapason, Service culturel de l’Université de Rennes 1 et le Conseil régional d’Ille et Vilaine.

Avec le soutien de la société A3 Production (Rennes), de la plateforme artistique de créations et de rencontres Au Bout du Plongeoir, de la ville de Thorigné-Fouillard et de l’École Nationale Supérieure de Chimie de Rennes.

DossierArtistique-LS-Oxygène

______________________________________________________________

Swim, swim, swim, ou l’art d’apprendre à nager hors de l’eau D’après les textes de Jean-Pierre Brisset

Mise en scène de Noëlle Keruzoré (2008)

______________________________________________________________

Dans un laboratoire improbable évolue un personnage, sorte de chercheur illuminé. Entre expérimentations soi-disant scientifiques et échappées poétiques, il tente de mettre au point une méthode pour apprendre à nager… hors de l’eau.

Le spectacle Swim, Swim, Swim, ou l’art d’apprendre à nager hors de l’eau est né d’une rencontre avec l’univers de Jean-Pierre Brisset, chercheur autodidacte (et auto-proclamé !) du 19e siècle (1837-1919). Brisset s’est interrogé sur l’origine de l’homme et l’origine des langues. Il a abouti à la conclusion que nous descendons tous de la grenouille : tout le prouve, du physique que nous présentons au langage que nous parlons… Ces postulats fantaisistes sont énoncés d’une manière très docte. À cette parole qui peut nous apparaître comme poétique, Brisset voulait donner une couleur scientifique.
On voit que ses préoccupations existentielles sont celles qui nous concernent tous. D’où venons-nous, pourquoi sommes-nous tels que nous sommes, pourquoi parlons-nous des langues diverses ?

 

Jean-Pierre Brisset (1837-1919) : a été pâtissier, militaire, maître nageur, professeur de langues vivantes avant de devenir chef de gare à Angers. D’abord intéressé par des questions de grammaire et de traduction, il entreprend à partir de juin 1883 de révéler les origines de l’espèce humaine et du langage dans La Grande Nouvelle qu’il publie à compte d’auteur. Le grammairien devenu prophète y expose un concept de l’évolution humaine surprenant : l’homme descend de la grenouille. Et l’origine de la parole est aussi à chercher du côté de nos ancêtres batraciens.
Chercheur solitaire et autodidacte, il fait partie de ces poètes illuminés, théoriciens créateurs et farfelus qui gardent toujours leur sérieux. André Breton, Raymond Queneau, Michel Foucault ou Gilles Deleuze se sont intéressés au personnage, émerveillés par sa logique, fascinés par autant d’humour involontaire.

Distribution Mise en scène : Noëlle Keruzoré / Interprétation : Eric Lecoanet / Scénographie : Delphine Bailleul / Création lumière : Arnaud Godest

Dates Rennes / Théâtre de la Paillette (35) / 3, 4 et 5 décembre 2008 – Hédé / Festival de Poche (35) / 16 et 17 août 2008 – Saint Jacques de la Lande (35) / L’aire Libre / 25, 26, 27 mars 2008

Producteurs L’Aire Libre (co-producteur) / Saint Jacques de la Lande – Dellie compagnie

Dellie compagnie a reçu pour cette création le soutien du Conseil régional de Bretagne, du Conseil général d’Ille et Vilaine, de la DRAC-Bretagne et de ABDP.

Eric Lecoanet dans Swim, swim, swim

DossierArtistique-Swim

______________________________________________________________

Tailleur pour Dames De Georges Feydeau

Mise en scène collective (2004)

______________________________________________________________

Moulineaux, médecin, a passé la nuit dehors. En vain il a attendu Suzanne, sa maîtresse.
Yvonne, sa femme, remarque son absence. Notre héros doit maintenant trouver un alibi.
Bassinet, venu lui demander un service, est peut-être l’aubaine qu’il lui faut.
Peut-être, peut-être pas….

Chez Feydeau, les portes claquent ! Prenant au pied de la lettre cette constatation, le décor est uniquement composé de cinq portes vides. Cette absence de cloisons permet à l’action de se dérouler aussi bien devant que derrière les portes.
Loin des crinolines habituelles, les comédiens portent des costumes colorés tout droit sortis des années 70. En mouvement permanent, ils mettent toute leur énergie au service d’un univers délirant et absurde.
La mise en scène visuelle et audacieuse respecte à la virgule près le texte de Feydeau et donne au spectacle un rythme dynamique et endiablé.

Distribution Mise en scène collective / Interprétation : Raphaël Bianchin (Aubin), Caroline Delaunay (Hortense, Rose), Noëlle Keruzoré (Yvonne, Pomponnette, Mme d’Herblay), Eric Lecoanet (Moulineaux), Marie Le Cam (Suzanne), David Nathanson (Bassinet en alternance), Volodia Serre (Bassinet en alternance), Tatiana Werner (Mme Aigreville) / Création son et lumière : Eric Lecoanet

Dates Rodez (12) / MJC de Rodez / décembre 2007 – Villefranche de Rouergue (12) / Festival / Août 2007 – St Pol de Léon (29) / Théâtre municipal / janvier 2007 – Pordic (22) / Centre culturel de la Ville Robert / juillet 2006 – Avignon (26) / Théâtre du Rempart – Festival d’Avignon / juillet 2006 – Lamballe (22) / Le Quai des Rêves / novembre 2005 – Pordic (22) / Centre Culturel de la Ville Robert / novembre 2005 – St Cloud (92) / Théâtre des Trois Pierrots / octobre 2005 – Paris (75) / Théâtre du Nord-Ouest / septembre et décembre 2005 – Cavalaire (83) / Festival de Pardigon / juillet 2005 – Paris (75) / Théâtre 13 / juillet 2005 – Sarzeau (56) / Théâtre Ruys L’Hermine / mai 2005 – Paris / Théâtre du Nord-Ouest / septembre à décembre 2004 – Lanester (56) / Création au Festival du Pont du Bonhomme / juillet 2004

Production Compagnie de l’Embarcadère (Lanester) – Dellie compagnie

Pour cette création, Dellie compagnie a reçu le soutien du Conseil régional de Bretagne et du Conseil régional d’Ille et Vilaine.

DossierArtistique-TailleurpourDames

DossierPresse-Tailleur

______________________________________________________________

Le Silence de Nathalie Sarraute

Mise en scène de Tatiana Werner (2003)

______________________________________________________________

7 convives, 6 personnages parlent car un se tait… Hommes et femmes sont désignés par une lettre (H ou F) et un numéro. Le seul à porter un nom, « Jean-Pierre », est celui qui se tait. H1 parle et Jean-Pierre reste silencieux. Par ce seul silence, il détruit la parole de H1 et celui-ci voit son monde s’écrouler. La pièce s’ouvre sur son refus de continuer le récit commencé. Le mutisme de Jean-Pierre déclenche une véritable angoisse chez H1 qui essaie alors de rallier à sa cause les autres personnages. Usant de diverses stratégies, il tente de rétablir le contact avec le silencieux mais rien n’y fait et le malaise grandit. Jean-Pierre reste muet malgré les différentes diversions mises en œuvre par les protagonistes. Enfin, face à cette situation sans issue, H1 rassemble son courage et reprend sa description d’une voix ferme. Jean-Pierre prononce alors une dizaine de mots. Le muet a parlé.

Quoi de plus saisissant qu’un silence sur un plateau de théâtre, lieu de la parole par essence. Comment trouver la métaphore scénique d’un tel paradoxe ? Cette réflexion a alimenté en permanence la création du spectacle. La langue, l’humour et la finesse de l’écriture de Nathalie Sarraute m’ont permis de franchir les moments de doute. L’énergie d’une équipe porte la pièce. Les personnages s’agitent, se battent, combattent. L’angoisse génère le comique désignant ainsi nos peurs à tous.

La pièce montre le silence comme facteur de résistance par rapport à la dictature des mots. Les partisans de la parole vont tout tenter pour rallier le résistant à des dispositions plus loquaces et lui permettre de rejoindre le cercle. La mise en scène s’attache donc à revisiter la parole dans sa fonction, ses travers, ses manques. On passe du chuchotement au cri, du borborygme au lyrisme. Le groupe ira même jusqu’à se transformer en chœur. Dans Le Silence, pas de catastrophes ni d’événements, le tragique comme le comique naissent d’un sentiment de gêne et finiront par se côtoyer. Luttes de pouvoir, alliances, une vraie guerre se déploie sur le plateau. Les choses s’organisent en fonction des rivalités qui animent le groupe. Les invités changeront de place, l’espace se transformera en véritable champ de bataille et les meubles serviront de camps de retranchement.

Distribution Mise en scène : Tatiana Werner / Interprétation : Raphaël Bianchin – H2 (en alternance), Caroline Delaunay – F2, Noëlle Keruzoré – F3, Tatiana Werner – F1, Eric Lecoanet – Jean-Pierre, Laurent Maurel (en alternance), Jean de Pange – H1, David Nathanson – H2 (en alternance), Volodia Serre – H2 (en alternance) / Concepteur lumière : Jean-Michel Bourn / Conception sonore collective

Dates Cavalaire (83) / Festiavl de Pardigon / août 2005 - Paris (75) / Théâtre Pixel / mars 2005 – Rennes (35) / Théâtre du Vieux St Etienne / du 11 au 14 février 2004 – Saint Malo (35) / Théâtre Chateaubriand / 3 février 2004 – Lanester (22) / Théâtre des Deux Rives / mai 2003 – Création

Production Compagnie de L’Embarcadère (Lanester) – Dellie compagnie

Ce projet a reçu le soutien du Conseil régional de Bretagne et du Conseil général d’Ille et Vilaine.

DossierArtistique-LeSilence

DossierPresse-LeSilence

32 532 réflexions au sujet de « Créations »


  1. Fatal error: Allowed memory size of 134217728 bytes exhausted (tried to allocate 265 bytes) in /home/dellieco/www/wp-includes/formatting.php on line 178